Gerhard Pfister, le président du Parti démocrate-chrétien suisse, veut déchristianiser le nom de son parti. Et il a une majorité des membres du PDC avec lui pour mener à bien son projet, explique-t-il dans une interview au Matin Dimanche. A l’exception du Valais. Dans la population, 80% des répondants à un sondage de gfs.bern, mené pour le compte du parti, indiquent que cette formation «n’est pas éligible en raison de sa connotation religieuse». Cela paraît logique dans une société laïcisée comme la nôtre. Et pourtant? Est-ce vraiment la référence chrétienne qui est si problématique?

Lire aussi: Gerhard Pfister: «Le centre veut un deuxième conseiller fédéral»