En avril 1951 paraissait le premier numéro d’une petite revue à la couverture jaune, sobrement intitulée Cahiers du cinéma. Dans un texte resté fameux, André Bazin, le père de la critique moderne, y célébrait la profondeur de champ, «un progrès dialectique dans l’histoire du langage cinématographique». Sur la photo de couverture, Gloria Swanson dans le monumental Sunset Boulevard de Billy Wilder. L’image, en cette fin de février, laisse songeur.

Il y a quelques jours, le mouvement #MeToo a connu une victoire capitale avec la condamnation du prédateur Weinstein. Il y a plus d’un siècle, mariée à 17 ans à l’acteur Wallace Beery, Swanson vivait quelques années d’enfer au côté d’un alcoolique qui la violera puis provoquera une fausse couche… Mais là n’est pas le sujet de cette chronique, même si le progressif effondrement du cinéma en tant qu’industrie patriarcale est hautement réjouissant.