Opinion

Des caméras indélicates en Chine

Avec Xi Jinping, le Parti communiste chinois est de nouveau tenté par des pratiques totalitaires, reposant cette fois-ci sur les nouvelles technologies et les Big Data. Le pouvoir devra toutefois composer avec l’immense blogosphère chinoise, écrit le professeur à l’Université de Genève Nicolas Zufferey

Il y a peu, une jeune Chinoise, Chen Feifei, a publié sur la blogosphère chinoise un message adressé à Zhou Huyi, le directeur de Qihoo 360, une importante société vendant des caméras de surveillance. La jeune femme reprochait à ces caméras de filmer sans en avertir le public concerné (des clients dans des restaurants ou des bars, une pratiquante de yoga dans un fitness, etc.).

Plus grave, les images prises par ces caméras sont retransmises en direct sur l’un des sites de la société, où elles étaient accessibles librement, toujours à l’insu des personnes filmées, avec par ailleurs la possibilité pour les spectateurs de les commenter en direct – par exemple pour se demander si telle jeune femme attablée dans un restaurant est la maîtresse de l’homme assis à ses côtés…

Ce billet a suscité de nombreuses réactions, y compris dans la presse semi-officielle, par exemple l’influent quotidien pékinois Beijing Youth Daily, qui y consacre un article dans son édition du 13 décembre. Certains blogueurs posent des questions plus fondamentales. Un internaute, dans un billet intitulé «Les Chinois n’ont-ils pas besoin d’intimité?», juge que le problème serait que les Chinois «ne disposent pas de concept de vie privée», lacune qui faciliterait la tâche des «nombreuses personnes qui veulent jouer à Big Brother» en Chine. Ce billet audacieux n’hésite pas à faire le lien entre les pratiques d’une entreprise comme Qihoo 360 et celles de l’Etat: «Tout ce qui appartient à l’espace privé, que ce soit les biens matériels, les pensées et les opinions, relève de la sphère individuelle sacrée et inaliénable, dont personne d’autre, et même le gouvernement, n’a le droit de se mêler.»

Effrayant programme de surveillance

Etant donné le lien entre certaines pratiques commerciales et les ingérences de l’Etat dans la vie privée, on peut s’étonner que ces opinions n’aient pas (encore) fait l’objet de censure; car c’est bien le pouvoir qui est la principale menace vis-à-vis de la sphère personnelle en Chine. De la politique de certaines entreprises commerciales à la politique tout court, il n’y a d’ailleurs souvent qu’un pas, le gouvernement mobilisant volontiers les compagnies privées pour l’aider dans sa surveillance de la population.

La Chine envisage de mettre en place d’ici à 2020 un projet de «crédit social» dans lequel chaque individu se verra attribuer une note censée refléter sa fiabilité économique, mais aussi son civisme ou sa fidélité au parti; cet effrayant programme reposera sans doute en partie sur les métadonnées amassées depuis des années par des sociétés privées comme Alibaba, qui dans son service de paiement par téléphone Alipay a intégré une application, Zhima Credit, qui collecte les données financières de ses clients et, le cas échéant, punit ceux qui sont coupables de fautes de paiement en leur refusant des prestations.

La Chine envisage de mettre en place un projet de «crédit social» dans lequel chaque individu se verra attribuer une note censée refléter sa fiabilité économique, mais aussi sa fidélité au parti.

Cette affaire de caméras indiscrètes montre que les Chinois ne sont pas tous prêts à sacrifier leurs libertés individuelles sur l’autel de la patrie ou de l’Etat-parti. Cela vaut sans doute même dans les plus hautes sphères politiques, puisque de telles opinions trouvent comme on l’a vu des relais dans la presse semi-officielle. A vrai dire, la presse chinoise, même si elle est censurée, est souvent beaucoup plus vivante et intéressante qu’on ne le croit communément en Occident; c’est que les journaux, s’ils veulent vendre, ne peuvent ignorer complètement les préoccupations de leurs lecteurs en se contentant de relayer la propagande du régime. Quant à la tentaculaire blogosphère chinoise, elle procure, sinon des espaces de liberté, du moins des interstices où des opinions critiques peuvent s’exprimer, parfois habilement, pour protester et résister.

Message au régime

Ce qui ressort également de cette affaire de caméras, c’est l’insuffisance des règlements, qui paraît presque autant une menace pour les libertés individuelles que les dérives totalitaires du régime. Que ce soit dans l’usage de ces caméras ou dans le projet de crédit social mentionné ci-dessus, la technologie joue un rôle fondamental, et elle est sans doute déjà largement suffisante pour mener à bien le fichage numérique de la population chinoise.

Ce qui manque encore, c’est le minimum d’objectivité et de fiabilité requis dans des procédures fondamentalement intrusives et potentiellement injustes. La blogosphère chinoise ne manque pas d’histoires de soi-disant mauvais payeurs sanctionnés à tort par des institutions de crédit elles-mêmes fort peu fiables.

Le billet de Chen Feifei est un message important au régime: quels que soient les moyens que celui-ci mettra en œuvre pour assurer sa survie, il devra légiférer de façon claire, éviter les injustices et les abus trop flagrants, et peut-être limiter ses ambitions, s’il ne veut pas susciter trop d’oppositions. Depuis le début du règne de Xi Jinping en 2013, le Parti communiste chinois est tenté par des pratiques totalitaires disparues de Chine depuis les années 1970 et la fin de l’époque maoïste. Mais si ces aspirations totalitaires peuvent se reposer sur les nouvelles technologies et les Big Data, elles devront également composer avec l’immense blogosphère chinoise, et surtout une classe moyenne autrement mieux éduquée et plus critique qu’elle ne l’était sous Mao.

Publicité