Incidences 

La campagne électorale et l’Union européenne

OPINION. La question européenne n’a pas joué de rôle majeur au cours de la campagne électorale qui s’achève, constate notre chroniqueur François Nordmann

La question européenne n’a pas joué de rôle majeur au cours de la campagne électorale qui s’achève. Ce n’est pas surprenant. Les partis s’entendent tacitement pour éviter le sujet, comme c’est généralement le cas lors des élections fédérales. La règle d’or est qu’il ne faut pas faire le jeu de l‘UDC, seule formation à avoir une position bien arrêtée sur les relations Suisse-UE. Et cette année, deux facteurs plaident pour laisser le sujet de côté: d’une part, les autres grands partis sont divisés. Le PS, le PDC et les Verts s’opposent à l’accord institutionnel négocié par le Conseil fédéral, le PLR le soutient modérément, les Verts libéraux sont plus engagés.

Quant aux organisations de la vie économique, les centrales syndicales et l’USAM sont très fermes dans leur rejet de principe, Economiesuisse reste favorable à l’accord et l’Union patronale est plutôt en faveur, moyennant les clarifications demandées. D’autre part, le Conseil fédéral n’est pas au clair sur la manière d’envisager les pourparlers sur les clarifications demandées.