Le Festival de Cannes retrouve sa case printanière pour une 75e édition qui se déroule du 17 au 28 mai. Tous les jours en fin de journée, retrouvez la chronique quotidienne de notre envoyé spécial.

Chroniques précécentes:

Cannes, jour 5: en Ukraine, le cinéma comme arme de résistance massive

Cannes, jour 4: la petite fête toujours réussie de la Semaine de la critique

Cannes, jour 3: il aura fallu une guerre pour que Kirill Serebrennikov soit à Cannes

Samedi soir, la Suisse était à la fête sur la plage de la Quinzaine des réalisateurs, section parallèle du Festival de Cannes dans laquelle figurent cette année quatre coproductions romandes, qu’elles soient majoritaires ou minoritaires. Mais ce n’est pas tout: 99 Moons, du Zurichois Jan Gassmann, a été sélectionné par l’ACID, tandis que deux longs métrages qui concourent pour la Palme d’or bénéficient dans leur puzzle financier de fonds helvétiques (La Femme de Tchaïkovski et Triangle of Sadness). L’occasion donc d’un soupçon d’autocélébration, alors que la douce Suisse est souvent plus à l’aise dans l’autoflagellation. Or elle peut se vanter, malgré sa taille, de régulièrement placer des films dans les plus grands festivals internationaux, et d’y faire bonne figure. La preuve dimanche matin lors de la première mondiale de La Dérive des continents (au sud), du Vaudois Lionel Baier, très applaudi après avoir fait beaucoup rire le public de la Quinzaine.