Lecteurs cinéphobes excusez-moi, mais une semaine après la clôture du 70e Festival de Cannes, je ne peux refréner mon besoin de revenir sur un palmarès qui m’a agacé sans véritablement me surprendre. Si d’ailleurs j’avais décidé de publier mes pronostics plutôt que mes coups de cœur, j’aurais probablement vu (à peu près) juste, notamment en ce qui concerne les Prix d’interprétations, attribués à Diane Kruger chez les filles et à Joaquin Phoenix chez les mâles.

Quand la performance individuelle prime sur l’effort collectif

Ces deux récompenses incarnent le triomphe de la performance individuelle au détriment de l’effort collectif. Dans Aus dem Nichts, de Fatih Akin, Diane Kruger perd son mari et son fils dans un attentat perpétré par des néonazis. Tout au long d’un film où il pleut beaucoup, elle pleure, elle hurle, elle geint, elle souffre. Dans You Were Never Really Here, de Lynne Ramsay, Joaquin Phoenix, lui-même violenté durant son enfance, traque un réseau pédophile, dont il massacre les membres à coups de marteau. Tout au long d’un film où il fait souvent nuit, il s’énerve, il marmonne, il saigne, il souffre. Ah oui! il s’arrache aussi une dent avec une tenaille.

Ces deux films voient l’Allemande et l’Américain jouer en solo. Ils sont la pièce maîtresse de Aus dem Nichts et You Were Never Really Here, on ne voit qu’eux. Même si leur personnage en croise d’autres – et je souligne ici que si le film de Ramsay m’a désespéré par son mélange de vacuité maculée de vanité, celui d’Akin propose un chapitre judiciaire central fort réussi –, les récits ne reposent que sur eux et eux seuls. Les récompenser était aussi évident que facile.

Comme lorsque Leonardo DiCaprio s’est l’an dernier enfin vu remettre un Oscar pour The Revenant, d’Alejandro González Iñárritu, un épuisant film d’aventures qui le voyait ramper, gémir et se planquer dans une carcasse de cheval – une performance certes physique, mais autrement moins convaincante que ses rôles chez Scorsese, Spielberg, Eastwood et Tarantino.

Douloureux compromis

Le triomphe cannois de la Kruger et du Phoenix comme d’ailleurs la Palme d’or décernée à The Square et le Prix du scénario ex æquo, attribué à deux films qui reposent non pas sur une bonne histoire mais sur leur esthétique (The Killing of a Sacred Deer, de Yórgos Lánthimos, et, encore, You Were Never Really Here), sont probablement l’œuvre de douloureux compromis. D’un jury hétéroclite aux sensibilités diverses – Pedro Almodóvar est aussi éloigné de l’univers de Will Smith que Paolo Sorrentino l’est de celui d’Agnès Jaoui – qui a bien dû finir par se mettre d’accord. Mais de mon côté, je serai toujours autrement plus ému par un effort collectif, par une partition jouée à plusieurs, que par des exploits individuels. Comme en sport.


Les dernières chroniques (in) culture