De l’idéologie dans les assiettes? se demande l’Agence France-Presse. Le gouvernement français reproche à la mairie écologiste de Lyon d’imposer un menu sans viande dans les cantines scolaires. Celle-ci défend un choix lié aux contraintes sanitaires, déjà fait l’an dernier par l’ancienne municipalité sans pourtant choquer personne. France 3 précise toutefois que poisson et œufs ne sont pas exclus. Ce menu permet de fluidifier le service de restauration, «reste équilibré» et a l’avantage «de n’exclure aucun enfant», a réagi l’adjointe à l’Education nationale, Stéphanie Léger. Mais elle a «bien conscience», dans Le Progrès de la ville des bouchons (fermés), que «c’est un mode de repas dégradé».

Avec son tir nourri d’amabilités, le sujet est tellement chaud qu’il faut même franchir la Manche pour rappeler que «selon les nutritionnistes, le régime végétarien n’est pas dangereux pour la santé des enfants tant que le menu contient des apports suffisants en protéines, en fer et en minéraux», comme le fait la BBC, que cite Courrier international, avec toute l’ironie sous-jacente qui lui sied et deux appétissants hamburgers… «Mais depuis ce samedi soir, cette décision locale prend des proportions nationales. Chacun y va de son commentaire» et le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, parle «d’une idéologie scandaleuse»: