Entre la sensation Valérie Dittli et la non-réélection de Cesla Amarelle, la presse revient lundi sur les élections vaudoises. Des élections qui ont abouti à un renversement de majorité au Conseil d’Etat, qui repasse à droite après 11 ans de domination de la gauche.

Les journaux reviennent surtout sur l’éviction de Cesla Amarelle, qui a fait les frais d’un département très exposé, celui de la formation. «La droite, bien aidée par les syndicats, a fait de Cesla Amarelle la cible et le maillon faible de ces cantonales», remarque 24 heures. Le quotidien vaudois estime désormais «logique» que la droite s’essaie à ce dicastère, en main de la gauche depuis 1994.

Pour La Région, les 15 000 voix qui séparent Cesla Amarelle de ses colistières socialistes Nuria Gorrite et Rebecca Ruiz sont «un gouffre qui ressemble à une sanction.» Le journal du Nord vaudois s’interroge sur l’avenir politique de l’Yverdonnoise, qui veut «se donner le temps de la réflexion.»

Notre éditorial: Après le scrutin vaudois, l’heure de la remise en question pour le PS

La Liberté affirme que «la terre politique a tremblé» dans le canton de Vaud. Le journal fribourgeois rappelle que peu de monde aurait osé miser, il y a encore quelques semaines, sur cet «incroyable renversement de majorité» au Conseil d’Etat. Il salue «les charmes et la cruauté» des surprises électorales, tout en relevant que le canton «dit adieu à un compromis efficace gauche-droite qui lui a tant réussi et doit se préparer à une vie politique nettement plus rude». Le quotidien fribourgeois ajoute: «Quant à l'inexpérimentée Valérie Dittli, le plus difficile commence pour elle.»

Défaite amère pour l’UDC

Pour 24 heures, l’UDC figure aussi parmi les perdants, même si elle a contribué à faire basculer la majorité du gouvernement à droite. Son candidat Michaël Buffat a terminé dernier dimanche. «Durant des années, les candidats UDC ont fait les porteurs d’eau pour les élus PLR. Cette fois, l’UDC fait encore mieux, elle permet l’accession au Conseil d’Etat d’une candidate (la centriste Valérie Dittli) qui n’a pas de socle électoral dans le canton de Vaud. La pilule est dure à avaler», remarque le journal.

Lire aussi: Une centriste fait basculer le gouvernement vaudois à droite

La Côte s’interroge sur le futur positionnement de Valérie Dittli. «Sans groupe parlementaire, celle qui assure vouloir conserver ses valeurs risque de devoir néanmoins renvoyer l’ascenseur au camp bourgeois qui l’a propulsée au Conseil d’Etat», écrit le journal. Il ajoute que la jeune centriste devra «avoir les épaules solides» pour assumer ses nouvelles fonctions.

Conseil de campagne

La presse alémanique s’est aussi intéressée à l’élection vaudoise, du fait notamment de l’origine zougoise de Valérie Dittli. La NZZ donne la parole à sa soeur aînée, Laura, qui tentera elle aussi cet automne de devenir conseillère d’Etat à Zoug. Laura Dittli, qui était présente dimanche à Lausanne, dit avoir retenu qu’une campagne se gagne «dans la rue, en discutant avec la population.»

Lire également: L'élection vaudoise est très observée par les dirigeants des partis nationaux

De son côté, le Tages-Anzeiger revient également sur la «débâcle électorale» de la gauche. Selon le quotidien zurichois, le PS s’est contenté de «défendre ses acquis» sans apporter de nouveaux arguments aux électeurs. Il reproche aussi aux socialistes de ne pas avoir assez soutenu Cesla Amarelle dans sa gestion de l’école vaudoise, et d’avoir considéré les Vert·e·s comme un simple «partenaire junior.»

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.