Revue de presse

Carlos Ghosn, désormais en liberté surveillée, attise la haine de l’argent

«Sauvé» par une caution de 1 milliard de yens et par son nouvel avocat nippon, surnommé «Le Rasoir», l’ex-PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi vient de sortir de sa prison tokyoïte. Sous le regard médusé de ceux qui vomissent son pouvoir financier

Le patron déchu de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, Carlos Ghosn, a payé ce mardi une caution de 1 milliard de yens en liquide (un peu plus de 9 millions de francs). Ce qui a ouvert la voie, mercredi, à sa sortie de la prison de Kosuge à Tokyo, où il a passé plus de cent jours. Moyennant le versement de cette somme, le tribunal a accepté mardi la remise en liberté de l’ex-PDG accusé de malversations financières, et un deuxième juge a rejeté dans la nuit de mardi à mercredi un appel lancé par le procureur.

Sur l’affaire Ghosn: les articles les plus récents du «Temps»