Il fallait se brancher sur Radio-Télévision Canada, ou lire l'Independent, pour apprendre que l'investiture de Donald Trump à la Maison blanche a été célébrée avec faste par un certain nombre de nationalistes russes, dans les bâtiments de l'ancienne poste de Moscou.

Sur le site de Radio-télévision Canada, on lit ainsi: «L'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche a déclenché une sorte de « Trumpomanie » en Russie (...) Des pièces de monnaie commémoratives en or et en argent ont été frappées avec le slogan In Trump We Trust (« Nous avons confiance en Trump »), allusion à la devise figurant sur les billets de dollars américains, In God We Trust. Dans les boutiques, les célèbres matriochkas, les poupées gigognes en bois, sont désormais offertes à l'effigie de Donald Trump, pour compléter celles représentant Vladimir Poutine ou, avant lui, des dirigeants soviétiques, Staline ou Lénine. Un magasin de surplus militaire russe situé juste en face de l'ambassade des États-Unis a lancé une campagne de promotion et offre une réduction de 10 % à tous les employés de la mission diplomatique à l'occasion de l'investiture de Donald Trump.»

Mais le plus intéressant, c'est cette fête donnée par les nationalistes russes où ils ont dévoilé leur triptyque favori: les photos exaltées et retouchées de Vladimir Poutine, de Donald Trump et... de Marine Le Pen. Ce qui n'étonne qu'à moitié, si l'on considère que l'un des organisateur de cette soirée n'est autre que Konstantin Rykov qui n'a jamais caché, sur les réseaux sociaux, son admiration pour Marine Le Pen (et pour Poutine, bien sûr). Pour lui, Trump à la Maison blanche, c'est l'avènement d'un «nouvel ordre mondial». Rien de moins.

Sur la page de commentaires de l'Independent, c'est évidemment un concert très clivé de commentaires pro-Poutine et anti-Poutine, respectivement Trump. Dont on retiendra ce cri de Rdavies: «L'Europe va avoir besoin de réarmer, les Russes arrivent». A qui réplique vertement JackoS: «Trump est pour le dialogue. Clinton était pour la guerre. C'est pourquoi le peuple de Russie célèbre la victoire de Trump. Les Russes ne veulent pas envoyer leurs enfants à la guerre, ni Trump d'ailleurs. Les Russes étaient nos alliés contre l'agresseur allemand dans les années quarante. Ils devraient être nos alliés aujourd'hui contre l'imminence d'une menace de l'Allemagne qui serait leader de l'Union européenne. Pourquoi croyez-vous donc que l'élite bruxelloises veut sa propre armée?» Où l'on voit à l’œuvre un storytelling qui va sans doute nous tenir en haleine toutes ces prochaines années...

Notons enfin que les images de cette troïka idéale des nationalistes russes n'a pas émergé qu'à l'occasion de cette nuit de festivités en l'honneur de Donald Trump. Le site pro-russe RT s'en est fait déjà l'écho le 16 novembre 2016, dans un article titré: «Un trio Trump-Poutine-Le Pen serait «bon pour la paix dans le monde», selon la présidente du FN».

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.