Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Commons.wikimedia.org

Revue de presse

La censure de «L’Origine du monde» de Courbet par Facebook devant la justice

Un enseignant français se bat depuis sept ans contre le réseau social pour avoir vu son compte fermé après qu’il eut publié une reproduction du célèbre tableau. FB l’avait assimilé à une œuvre pornographique

Le géant américain Facebook (FB) a contesté ce jeudi devant le Tribunal de grande instance de Paris avoir censuré un internaute français qui lui reproche d’avoir fermé son compte il y a sept ans pour avoir publié une photo du célébrissime tableau de Gustave Courbet L’Origine du monde. On le sait: celui-ci représente un nu féminin, le mont de Vénus au premier plan; il est propriété du Musée d'Orsay. «Nous n’avons commis aucune faute, occasionné aucun préjudice», a affirmé à l’audience Me Caroline Lyannaz, un des avocats du réseau social, selon qui le plaignant «n’a pas apporté la preuve d’un lien entre cette déconnexion et la publication de l’œuvre». Sa consœur Clara Hainsdorf a évoqué «un simple litige de nature contractuelle».


Lire aussi:


Une chose, cependant, paraît claire: Facebook a assimilé cette affaire «à de la diffusion d’image pornographique», indique Nice-Matin. Frédéric Durand-Baïssas, le titulaire du compte, qui voulait simplement «faire la promotion d’un documentaire sur la vie de Gustave Courbet que diffusait la chaîne Arte», s’est ainsi retrouvé mis au ban de FB. Porté devant la justice «avant tout par principe», ce cas de censure est censé démontrer, au bout du compte, que FB «n’a pas tous les droits». Ce qui, évidemment, représente du coup une cause en or sur laquelle il devient à la fois facile et très amusant de surfer:

Le problème est que, selon Facebook, «il n’y avait manifestement rien d’autre qu’une entorse manifeste […] aux clauses qui lient ce réseau social et ses utilisateurs. Il est clairement stipulé que les images de nudité y sont proscrites. Et c’est d’ailleurs sur cette base, très juridique, de la rupture de contrat que les avocats de la firme américaine se sont défendus jeudi». A l’encontre, néanmoins, «des lois et de certains principes fondamentaux que sont la liberté de pensée et la liberté d’expression».

Voilà l’enjeu de cette «bataille inégale», de ce combat de «David contre le tout-puissant Goliath américain», martèle l’avocate azuréenne de la partie plaignante. Qui estime pourtant, toujours dans Nice-Matin, avoir déjà en partie gagné: «Facebook a tout fait dans cette affaire pour ne pas être jugé en France et ne pas avoir à se soumettre aux lois françaises.» La cour parisienne rendra sa décision le 15 mars prochain. L’instituteur a demandé la réactivation de son compte, même s’il en a depuis ouvert un autre. Et 20 000 euros de dommages et intérêts pour le préjudice subi, avant tout moral, puisque portant atteinte à sa réputation du fait d’intentions mal interprétées.

«Que Facebook confonde la pornographie et L’Origine du monde, c’est un manque de culture de l’histoire de l’art!» a lancé la même avocate, Me Marion Cottineau-Jousse, citée par Le Parisien. Résultat, dit-elle, son client a été «considéré comme un pornographe qui aurait des mœurs particulières. Il s’est senti meurtri. Ses proches lui ont demandé s’il traînait dans des affaires louches.» On aurait donc «aimé avoir un vrai débat de fond», regrette l’autre avocat de Frédéric Durand-Baïssas. Du genre: «Qu’est-ce que l’art? Qu’est-ce que la nudité? C’est quoi, la liberté d’expression? Mais Facebook n’en a pas le courage.»

«C’est qu’entre-temps la politique maison a changé. A tel point qu’aujourd’hui, sept ans après le déclenchement de l’affaire, Courbet n’est plus tabou» sur FB. Il aura aussi fallu qu’en 2016 une femme politique danoise s’étonne qu’une photo de La Petite Sirène, la statue de nu en bronze du port de Copenhague, ait été bloquée, en réalité pour des questions de droits d’auteur – comme le montre la photo ci-dessous. La même année, en Norvège, La Petite Fille au napalm, célèbre photo symbolisant l’horreur de la guerre du Vietnam prise en 1972, avait également été retirée du réseau. «Une liste de cas non exhaustive», qui passionne les médias de toute l’Europe ainsi que… Facebook.

Jusqu’à son entrée au Musée d'Orsay en 1995, L’Origine du monde faisait alors partie de la collection du psychanalyste Jacques Lacan. C’est «grâce à la grande virtuosité de Courbet, au raffinement d’une gamme colorée ambrée» – lit-on dans le descriptif du musée – que ce tableau doit forcément échapper au statut d’image pornographique. «Il ne cesse pourtant de poser d’une façon troublante la question du regard.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)