Revue de presse 

La centrale nucléaire de Beznau est-elle obsolète? Sa sûreté fait débat 

Deux semaines avant l'arrêt de Mühleberg, le réacteur 1 de Beznau, le plus ancien encore en service en Europe, fête ses 50 ans en Argovie. Malgré son autopromotion, les partis et associations écologiques jugent que c’est là une durée de vie bien trop longue et en réclament l’arrêt immédiat

Neuf décembre 1969. Les Beatles ne se sont pas encore séparés. Deux hommes viennent juste de marcher sur la Lune. Avec une foi inébranlable en son avenir, la Suisse lance, sur un îlot artificiel de l’Aar à Döttingen (AG), l’exploitation de sa première centrale nucléaire. Elle est refroidie par les eaux de la rivière, car elle ne possède pas de tour de refroidissement, comme, plus tard, celle de Gösgen. Cinquante ans plus tard, sur le mur bleu vif du bâtiment du réacteur 1 de Beznau, visible depuis la salle des turbines, on peut lire en allemand:

Anniversaire 1969-2019. 355 000 heures de service

Anniversaire 1969-2019. 355 000 heures de service

Conçu par la société Westinghouse, Beznau 1 n’est pas loin d’être le doyen nucléaire du monde: selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), seuls les réacteurs 1 et 2 de Tarapur, dans l’ouest de l’Inde, le devancent, eux qui ont été mis en service deux mois auparavant, en octobre 1969. Mais il fait carburer la plus ancienne centrale en activité au monde depuis février 2012, date de la fermeture de celle d’Oldbury, au Royaume-Uni. «What next?» se demandait alors la BBC.