La pandémie? Quasiment impossible à prédire. La date de mise à disposition des premiers vaccins en Suisse? Difficile à prévoir. Mais dans toute cette crise, une chose était, très tôt, certaine: mi-2020 déjà, nous pouvions deviner l’importance qu’allaient rapidement gagner les certificats de vaccination. Or nous voici, neuf mois plus tard, à espérer qu’un tel certificat soit disponible en Suisse d’ici quelques semaines. C’est beaucoup trop tard.

Lire aussi: Douze questions sur le futur certificat suisse lié au virus

La Suisse n’est pas seule dans ce cas: l’Union européenne n’a encore aucune solution commune, les Etats-Unis jonglent entre plusieurs solutions locales. En revanche, le Danemark, Israël et même la France – que nous aimons tant regarder de haut du point de vue technologique – testent à large échelle des solutions, voire les déploient déjà pour tous.

Le certificat de vaccination – au sens large, puisqu’il doit aussi mentionner les tests sérologiques, les tests PCR et les antécédents médicaux – est incontournable. Cinémas, festivals, voyages… Cette solution apparaît comme la seule à même de nous permettre, à moyen terme, de retrouver un semblant de normalité. Il ne faut donc plus perdre de temps et lancer dès que possible un dispositif fonctionnel. Des dizaines de sociétés suisses ont présenté leurs solutions à l’Office fédéral de la santé (OFSP). A lui de trancher rapidement.

Préparons-nous également à accepter quelque chose de très difficile à entendre en Suisse: ce service ne sera pas forcément, d’emblée, parfait. Mais mettons de côté, pour une fois, le «Swiss finish» ou cette propension à attendre – trop longtemps – avant de lancer un service que l’on estime impeccable. Il ne s’agit pas ici de faire n’importe quoi dans l’urgence. Mais de prendre un risque mesuré, permettant de proposer très rapidement une solution correcte du point de vue technologique, sanitaire et bien sûr éthique.

Seul hic: la Confédération a un historique peu reluisant en termes de projets technologiques. En particulier durant cette crise. Des fax envoyés à l’OFSP à l’intégration si laborieuse de SwissCovid au sein du système sanitaire, en passant par le décompte précis du nombre de vaccinations, la liste est longue.

Avec ce certificat covid, la Suisse a une jolie occasion de rattraper son retard. Ne nous voilons pas la face. Des bugs techniques, des falsifications, voire des tentatives de piratage, il y en aura sans doute. Cela fait partie des risques inhérents à ce type de systèmes. Il faut se préparer à ces problèmes. Et les surmonter ensuite immédiatement.