Il y a des matins où l’on se met à envier celles et ceux qui ont des certitudes absolues. Pas seulement des convictions, mais cette assurance de connaître le sens caché des choses, la vérité. Alors que pour beaucoup d’entre nous, le doute ne nous a pas lâchés, cette semaine, en ouvrant l’enveloppe de votation pour le scrutin du 7 mars. Que voter sur l’initiative anti-burqa «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage?» Faut-il suivre l’avis du Conseil fédéral pour qui la dissimulation du visage n’est qu’un phénomène marginal alors que l’initiative n’aidera pas les femmes concernées? Epouser une opinion féministe plus radicale et considérer qu’il s’agit en l’occurrence «d’un opportunisme islamophobe, paternaliste, sexiste, colonialiste et raciste»? Ou au contraire admettre, avec des personnalités de gauche, du centre et de la droite humaniste, que c’est là l’occasion de marquer notre solidarité avec toutes celles qui, dans le monde, se battent contre l’enfermement des femmes en public? Nous sommes seuls face au choix.