«Ce que c’est con, la guerre» dit Jean-Paul Sartre. C’est surtout humainement dramatique. La paix dépend de l’histoire, du respect des traités et de la parole donnée et, surtout, de la confiance mutuelle. Elle a tragiquement fait défaut dans le conflit ukrainien, les parties s’accusant de noirs desseins imaginés. La situation est d’autant plus absurde que la Russie rejette une adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, alors que les principaux membres de ce traité n’en veulent pas davantage! Des impératifs géostratégiques immédiats dominent parfois le droit et la morale. De Gaulle, en d’autres circonstances, avait dit: «le premier qui ouvre le feu est l’agresseur». Ses propos furent l’objet d’un vif débat, sur le thème de l’action préventive.