Depuis deux jours, la pandémie due au nouveau coronavirus a désormais fait plus de 400 000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre 2019 en Chine, selon le bilan établi par les agences de presse à partir de sources officielles, notamment citées par La Liberté de Fribourg. Pour sa part, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que si la situation s’améliore en Europe, «elle s’aggrave» dans le monde, principalement en Asie du Sud et sur le continent sud-américain. Plus de 7 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires:

L’augmentation de ces cas – «plus de 100 000 sur neuf des dix derniers jours» – représente «le bilan le plus élevé jusqu’ici» et «ce sont tout particulièrement des pays d’Amérique latine comme le Brésil, le Mexique et le Pérou» qui contribuent à cette aggravation, note O Globo, cité par Courrier international. Au Brésil, troisième pays le plus endeuillé au monde après les Etats-Unis et le Royaume-Uni, les données sur les morts et les cas de contamination par le coronavirus sont depuis plusieurs jours diffusées dans la confusion la plus totale par le gouvernement, sous la pression de l’autoritaire président Jair Bolsonaro: