Il faut sans doute avoir connu les années 1960 pour goûter tout le sel de la chanson complètement déjantée de Nino Ferrer, intitulée Mao et Moa (1967). Pour mémoire, Nino Ferrer était à l’époque le seul chanteur français à s’essayer au R&B. Ses mélodies et ses orchestrations faisaient songer à Wilson Pickett ou Otis Redding. Les paroles par contre sont résolument surréalistes et souvent désopilantes, ce qui a fait le succès du chanteur à ses débuts.

Lorsque Nino Ferrer enregistre cette chanson, la Révolution culturelle vient de commencer. Mao Zedong, minorisé après l’échec catastrophique du Grand Bond en avant (45 millions de morts), mobilise ses gardes rouges, des collégiens et des étudiants, pour «purifier» le Parti en éliminant les tenants de «la voie capitaliste». Liu Shaoqi (c’est l’orthographe utilisée aujourd’hui) est écarté du pouvoir et meurt en prison en 1969.