Il y a ce rappeur, qui sur son compte Instagram documente en détail sa tournée. Et aussi cette humoriste, qui sur sa chaîne YouTube enchaîne les petites capsules dans lesquelles elle s’adresse les yeux dans les yeux à son public. Il y a encore cet écrivain, qui sur sa page Facebook documente l’avancée de son dernier ouvrage. Aujourd’hui, tout le monde peut être son propre média. Il ne faut pas d’argent, mais juste un peu de temps, pour pouvoir faire son autopromotion, assurer son service après-vente, s’exprimer sans intermédiaire.

A lire: La dangereuse dépendance commerciale envers Instagram