Les citoyens des villes suisses veulent des multinationales propres et responsables, des vaches avec des cornes dans les alpages, des loups libres dans les forêts. Ils ne peuvent pas tout avoir, bien sûr, mais l’état de bien-être où ils sont les pousse à vouloir partager leurs idéaux jusqu’aux limites du possible. L’électorat urbain suisse est progressiste, écologiste, et tendanciellement pacifiste car il a confiance en sa sécurité. Sur la base sûre d’où il voit le monde, l’audace lui vient comme naturellement.