Revue de presse

La chanson qui ralliera les femmes dans leur marche contre Donald Trump

La chanteuse américaine Fiona Apple vient de dévoiler «Tiny Hands», l’hymne très engagé de la Women’s March de samedi à Washington et ailleurs. Un morceau qui ne mâche pas ses mots, en répondant du tac au tac aux obscénités sexistes déjà proférées par le président intronisé ce vendredi

Voilà. C’est le jour «J». Exit Obama. Bonjour Trump, qui marche ce vendredi sur le Capitole. Et puis, dès samedi, les protestations reprennent. Une Women’s March, promise «pacifique», aura lieu «à Washington et dans plus 600 autres villes dans le monde», dit Courrier international, au lendemain de l’investiture du nouveau président à la Maison-Blanche. Elle est dotée d’un «cri de ralliement», un hymne «très engagé», «Tiny Hands», que la chanteuse américaine Fiona Apple vient de dévoiler sur Soundclub:

Ce cri sera «poussé» par la chanteuse de la côte Ouest des Etats-Unis qui se produit régulièrement au club Largo at the Coronet à Los Angeles et qui puise son inspiration auprès d’artistes comme Billie Holiday, Bob Dylan ou Kate Bush. Il s’agit de «soutenir la défense des droits des femmes», explique le magazine Rolling Stone. Le morceau ne dure qu’une minute et deux secondes, mais «a déjà un air de slogan de manifestation». Son unique refrain est sans équivoque: «We don’t want your tiny hands, anywhere near our underpants» («On ne veut pas de tes petites mains à proximité de nos culottes») et comprend aussi le fameux «grab’em by the pussy». A défaut de présenter une originalité musicale débridée avec «ces notes de piano» de rock alternatif que Vogue trouve «dramatiquement entêtantes», le message a au moins le mérite d’être clair:

«Dans ce morceau réalisé avec le compositeur Michael Whalen», Fiona Apple fait évidemment «référence aux propos obscènes de Donald Trump, qui, dans une vidéo datant de 2005 et dévoilée par le Washington Post, se vante d’avoir peloté des femmes sans leur permission». Et aux phrases du président élu prononcées en mars dernier, précisent Les Inrocks: «Regardez ces mains? Elles ont l’air petites? Si elles sont petites, alors tout le reste doit être petit, et je vous le garantis, ce n’est pas le cas, il n’y a pas de problème de ce côté-là, je vous le garantis», s’était ridiculisé le candidat lors d’un meeting de campagne – lire le compte rendu de CNN: «Donald Trump defends size of his penis», à propos de cet événement qui a même donné naissance à un site dédié, Donaldtrumphastinyhands.com et à toutes sortes de moqueries parfois hilarantes:

La chanteuse reprend notamment «quelques extraits de ces déclarations» pour soutenir la démarche «lancée par des citoyennes anonymes en réaction aux multiples déclarations misogynes et insultantes du magnat de l’immobilier». La manif rassemblera aussi quelques personnalités dont Katy Perry, Cher, Beyoncé et Scarlett Johansson. Fiona Apple n’en est d’ailleurs pas à son premier coup d’essai, puisque en décembre 2016, elle avait déjà diffusé «une chanson de Noël parodique» au titre pour le moins explicite: «Trump’s Nuts Roasting on an Open Fire» («Les couilles de Trump sur le gril»):

Si le New Yorker a ricané en entendant le refrain de celle qu’il appelle «la sainte patronne des femmes blessées», The Huffington Post, sous l’image du jour qui couronne sa homepage, se marre franchement en faisant remarquer qu’à la fin de la vidéo ci-dessus, Fiona Apple – qui a avoué il y a presque vingt ans avoir été violée à l’âge de 12 ans – ponctue ses dernières notes d’un «Donald Trump, fuck you!» et met ainsi «ses fans en folie»:

Pourtant, la chanteuse n’est pas du genre à se donner en spectacle. Depuis le début du siècle, elle fuit la presse et les interviews, mais dans le cas précis, elle a jugé la situation suffisamment alarmante pour sortir de sa «vie d’ermite», comme l’explique le New York Times. Ce qui fait conclure à Glamour qu'«honnêtement, il est rassurant de constater que rien ne change. Les présidents vont et viennent.» Mais Fiona Apple, malgré ses fréquentes éclipses de la scène, «restera toujours Fiona Apple». Une pro de la provoc et une femme en colère.


A lire aussi:

Femmes en colère contre Donald Trump

Publicité