Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les chats ont une vie secrète, lorsqu'ils vont à l'extérieur. A voir ce lundi sur RTS Deux, à 22h15. 
© BBC

Zappropos

Quand le chat n’est pas là, la télévision danse pour le suivre

Notre sélection des meilleurs moments à passer devant l’écran TV durant la semaine du lundi 20 au dimanche 26 février

Nos amies les bêtes

S’il y a deux espèces d’animaux qui garantissent le carton médiatique, ce sont bien les chats et les dauphins. Après une mémorable série d’été du Temps basée sur le même principe en 2012, voici un documentaire qui propose de découvrir la vie secrète des chats, en traquant leurs mouvements par récepteurs GPS et grâce à des microcaméras attachées à leur collier. L’expérience a été menée à Shamley Green, un village britannique où 50 d’entre eux ont été suivis pendant une semaine. (RTS Deux, lundi 20, 22h15):

Quant aux charmes des Flipper et autres Oum, ils ne sont plus à démontrer, quoique Thalassa s’appliquera à relever leur grande intelligence. Celle des dauphins, donc, ceux que nous aimerions tous avoir pour amis. Ils occupent une place à part dans notre imaginaire: depuis toujours, ces excellents nageurs nous attirent et nous intriguent. Mais en captivité ou à l’état sauvage, ils sont aussi «victimes» de leur succès (France 3, vendredi 24, 20h55):

Ce, avant de passer une semaine entière dans la «plus grande ferme de France» – le Salon de l’agriculture – avec une émission spéciale qui nous fera penser à Jacques Chirac et à ses claques sur le cul des vaches à Paris. C’est une tradition pour la chaîne parlementaire française que de traiter des grands débats qui animent le monde paysan. Avec un plus cette année: les visites des candidats à la présidentielle  (LCP/Public Sénat, du samedi 25 au vendredi 4, émission spéciale dimanche 26, 12h):


Familles, je vous…

Difficile de trouver une personne qui ne se soit jamais interrogée sur son désir d’enfant. Mais pour certains, concevoir un bébé s’apparente à un parcours de combattants contre l’infertilité. Qu’on soit un homme, une femme, célibataire, en couple, homosexuel ou stérile, «l’autre» Infrarouge explore ces situations multiples, à l’heure où les techniques médicales permettent la procréation naturelle comme artificielle (France 2, mardi 21, 23h):

Les choses peuvent se compliquer plus tard lorsque l’enfant doit par exemple affronter un destin de transgenre et désire changer de sexe avant l’âge adulte. Désormais, aux Etats-Unis, la médecine est en mesure d’accompagner ces jeunes ados dans leur parcours, souvent douloureux, en accord avec leurs parents, vers un changement complet d’identité. Témoignages exceptionnels et récits de vie (RTS Un, jeudi 23, 20h10):

Un cataclysme émotionnel qui est au moins équivalent aux victimes de mères dites «toxiques», celles qui sont psychologiquement violentes ou trop intrusives. Le problème peut être résolu «pacifiquement», mais une mère peut aussi souffrir du syndrome de Münchhausen par procuration, une névrose pouvant conduire à étouffer ou à blesser son enfant pour attirer l’attention médicale (France 5, mardi 21, 20h50):


Histoires, Histoire

Juste après un film sur l’étonnant mais seul objet de collaboration historique entre la CIA et le KGB pendant la Guerre froide – le changement climatique – et un autre qui raconte l’histoire de l’homme qui a refusé de quitter la zone interdite de Fukushima, la documentariste nippo-suisse Aya Domenig évoque la figure de son grand-père aujourd’hui disparu. Celui-ci avait travaillé à Hiroshima comme jeune médecin à l’hôpital de la Croix-Rouge ouvert à la suite du largage de la bombe atomique sur la ville en août 1945 (RTS Deux, dimanche 26, 20h30, 22h et 23h):

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)