En tout cas, ils doivent essayer. Lors d’une conférence récemment à Hongkong, le président d’UBS Colm Kelleher, déclarait: «Nous ne lisons pas la presse américaine, en fait, nous croyons ce que la Chine dit.» Evidemment, cela a fait plaisir en Chine; ailleurs, un peu moins.