Jean-Luc Godard cultive ce paradoxe d’être aussi connu que ses films sont peu vus. A une moindre échelle, Fernand Melgar s’est lui aussi fait un nom auprès de personnes ne connaissant guère sa filmographie. C’était au printemps 2018, lorsqu’il s’est attaqué au deal de rue à Lausanne. Tandis que certains ont applaudi ce combat, d’autres, notamment dans les milieux de gauche et de la culture, lui ont vertement reproché une démarche allant à l’encontre de son éthique de documentariste: en diffusant sur les réseaux sociaux des photos de présumés dealers, il avait franchi une ligne rouge.

Lire aussi: Deal de rue: à Lausanne, Fernand Melgar révèle un malaise croissant