Monsieur le Conseiller d’Etat,

Depuis le début de l’année 2016, j’ai suivi et vécu le chemin de croix infligé à Christian Cudré-Mauroux, numéro 2 de la police cantonale genevoise, un ami proche comme beaucoup de personnes que j’ai côtoyées durant mes huit années de commandant de la police cantonale jurassienne.