Certains livres vous laissent un goût amer, une sorte de nausée. Il en va ainsi de L’Ennemi (Ed. Grasset), le récit de près de 700 pages que Georges Buisson consacre à son père Patrick, connu pour avoir été l’homme de l’ombre de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, avant d’être répudié par ce dernier après l’avoir enregistré à son insu. Un ex-conseiller renvoyé le 29 août en procès pour «recel de favoritisme» et «détournements de fonds publics» en ayant, depuis le palais présidentiel, commandé des sondages… à une société qu’il codirigeait avec ce fils accusateur. Un ex-conseiller que l’ancien président français avait, suite aux révélations sur ses écoutes, exécuté en septembre 2014 à la télévision d’un lapidaire: «Vous savez dans ma vie, j’en ai connu des trahisons. Sur tous les plans. Mais comme celle-là, rarement.»

Place donc, dans L’Ennemi, à la biographie familiale (et très politique) de celui auquel les journalistes du Monde Ariane Chemin et Vanessa Schneider ont consacré une enquête au titre évocateur: Le Mauvais Génie (Ed. Fayard). Tout y est. Des tonnes de linge sale conjugal et paternel déballé sans retenue aucune. Avec, à toutes les étapes du parcours raconté par l’auteur, la féroce obsession du pouvoir de son père, nourrie dès les années 1960 dans les rancœurs coloniales et militaristes post-guerre d’Algérie.