Une fois par semaine cet été, la revue de presse quotidienne du «Temps» se pare de couleurs historiques en allant faire ses emplettes sur le site LeTempsArchives.ch, qui regroupe les collections numérisées du «Journal de Genève», de la «Gazette de Lausanne» et du «Nouveau Quotidien». Pour faire résonner un fait d’actualité contemporain avec un autre, puisé dans le passé.

Episodes précédents:

Vous l’avez remarqué aussi, comme elles sont nombreuses, cet été? A vous tourner autour dès le repas servi sur la terrasse, avec leur dard harcelant et anxiogène, a fortiori si vous vous savez allergique à leur venin. La faute à un hiver trop clément, paraît-il. Plusieurs médias s’en sont fait l’écho, en France et en Suisse, notamment dans un article commun à 24 heures et à la Tribune de Genève. Et la situation «n’est pas près de changer», selon le désinfecteur interrogé par les deux quotidiens lémaniques. Et «l’année prochaine, il y en aura…

… sans doute encore plus. […] Si l’on continue à avoir des hivers aussi doux, elles vont continuer à proliférer

… sans doute encore plus. […] Si l’on continue à avoir des hivers aussi doux, elles vont continuer à proliférer

20 minutes s’est aussi attaqué à ce sujet piquant et conseille par ailleurs une vidéo du site Brut.Media, expliquant la chose suivante, peut-être de nature à calmer les énervés: bien que «mal perçues, comme gênantes ou dangereuses, elles sont pourtant très utiles pour les écosystèmes», notamment pour se farcir ces autres enquiquineurs que sont moucherons et mouches. Sans elles, nous en serions envahis. Mais cette année, leurs nids, déjà qu’ils sont d’une esthétique hideuse de papier mâché, sont énormes, pour abriter la descendance de ces bataillons d’éboueuses qui se muent au-dessus des bières d’été en pauvres danseuses du ventre honnies de tous.