La chirurgie ambulatoire, mal-aimée de notre système de santé, n’y perce que timidement. Elle devrait d’abord être reconnue pour sa plus-value qualitative avant de parler de son important potentiel d’économie. Il faut pour cela introduire des incitatifs et aider les acteurs qui sont prêts à relever le défi.