Téléphoner au destinataire de son e-mail pour être sûr de sa réception? Pire encore, utiliser un service de SMS surtaxé pour en être vraiment certain? Loin de n'être qu'un hypothétique cauchemar d'internaute, ce terrible scénario est déjà une réalité. La faute aux 200 spammers, qui peuvent librement polluer 60% des 57 milliards d'e-mails que la planète s'échange chaque jour. La contre-attaque est dérisoire. Toujours en retard d'une guerre, les filtres anti-spams retiennent désormais par erreur de plus en plus d'e-mails, avec les conséquences que l'on imagine.

Quel salut pour l'internaute, plus isolé que jamais devant son ordinateur à tenter tant bien que mal de configurer sa messagerie? Il a déjà fait une croix sur l'idée d'une législation mondiale: rédigée sans concertation avec le reste du monde, la loi américaine contre le spam, entrée en vigueur fin 2003, a déjà abouti à une hausse du spam. Plus isolé que jamais, l'internaute aura le choix entre deux maux, dont il est encore difficile de dire lequel sera le pire. Soit il adoptera des technologies de plus en plus complexes pour communiquer, jetant aux oubliettes l'idéal de simplicité de l'e-mail. Soit il se tournera vers… Bill Gates.

Le créateur de Microsoft avait fait rire beaucoup de monde lorsqu'il annonçait, lors du récent Forum de Davos, la mort prochaine du spam. Mais le scénario qui se dessine ne fera plus rire personne. Microsoft pourrait imposer un nouveau standard de messagerie, plus sûr, unique, et dont il serait le seul à détenir les clés. Pire encore, les plus grands fournisseurs d'accès, dont Hotmail, appartenant à Microsoft, songent déjà à taxer les e-mails. La fin de l'idéal d'un Web ouvert et d'une communauté mondiale sur la Toile pourra alors être prononcée.

Lorsqu'il faudra choisir entre Charybde et Scylla, l'internaute pourra alors longtemps méditer sur l'absence de coordination entre l'Europe, les Etats-Unis et la Chine pour mettre fin aux agissements de ces 200 sinistres personnages. Mais il sera déjà trop tard.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.