Opinion

Christoph Blocher: «Il faut garantir l’approvisionnement électrique»

Christoph Blocher plaide pour un soutien à l’industrie hydraulique et nucléaire, le temps de lutter contre le subventionnement massif de ce secteur notamment en Allemagne, et un rejet catégorique de la Stratégie énergétique 2050 soumise au vote des Suisses le 21 mai

La Suisse bénéficie depuis des décennies d’un approvisionnement électrique sûr, avantageux, ménageant l’environnement et provenant d’une production nationale basée sur la force hydraulique et l’énergie nucléaire.

Cette électricité était et elle est toujours compétitive. Personne ne peut produire de l’électricité plus précieuse et à un coût moindre. Mais à la suite d’un subventionnement massif des énergies alternatives, notamment en Allemagne avec environ 520 milliards d’euros, le marché est submergé par une électricité à un prix dumping. Aucune technologie ne peut faire face à de tels prix! Voilà pourquoi l’approvisionnement national est en péril.

Depuis que le marché européen est submergé par de l’électricité à un prix dumping, nos usines électriques génèrent des pertes énormes. Cette pratique se poursuivra jusqu’à ce que nos centrales soient ruinées. Voilà pourquoi le dumping est interdit. Il viole les règles de l’OMC.

Conditions égales pour tous

Que peut faire la Suisse?

Il serait grand temps qu’une plainte soit déposée contre l’Allemagne auprès de l’Organisation mondiale du Commerce OMC, comme le fait d’ailleurs l’UE dans d’autres domaines. Il faut mettre fin à ce subventionnement massif. Les centrales suisses redeviendront alors compétitives et viables.

Jusqu’à l’élimination de ces subventions, la compétitivité des centrales suisses doit être rétablie par une compensation financière du même niveau pour tous les producteurs d’énergie, donc aussi bien pour les usines hydrauliques que pour les centrales nucléaires.

Le subventionnement étranger et national cessera alors. Le marché pourra à nouveau jouer et la production nationale sera sauvegardée. L’objectif est que plus aucun producteur d’électricité ne touche des subventions. Voilà la seule manière de rétablir la concurrence, de retrouver un approvisionnement énergétique avantageux et d’empêcher l’effondrement de nos centrales.

On peut tourner et retourner la situation comme on veut: il faut cesser de subventionner les agents énergétiques. Et ce principe doit également être imposé au niveau international.

Non à la Stratégie énergétique 2050

Basée sur la loi qui sera soumise au peuple en mai, la Stratégie énergétique 2050 prend une direction totalement fausse. Elle soumet au contrôle de l’Etat la totalité de l’approvisionnement énergétique – et pas seulement l’électricité – et met en place une immense machine de redistribution.

A lire: Yannick Buttet: «Le nucléaire a vécu, vive le renouvelable!»

Il en résulterait une économie planifiée pire qu’en Allemagne. Ce projet met gravement en péril l’approvisionnement énergétique sûr, avantageux et ménageant l’environnement dont profite la Suisse. Il coûtera quelque 200 milliards de francs et imposera une économie d’énergie de plus de 40%! Le gros de la facture sera payé par les consommateurs normaux, donc les citoyennes et les citoyens. Pour une famille de 4 personnes, les dépenses annuelles augmenteront de 3200 francs par an.

Les consommateurs, principales victimes

Il faut absolument que le peuple rejette cette loi sur l’énergie le 21 mai 2017. Mais attention: par le biais de ce coût de 200 milliards, le Parlement a défini un grand nombre de profiteurs pour acheter leur soutien à ce projet nocif. En revanche, les simples citoyennes et les citoyens devront payer, payer, payer!

Les principales victimes sont les consommateurs, les contribuables, les ménages et les PME. Qu’il s’agisse d’interventions de l’Etat et de hausses massives des taxes sur l’essence et le diesel (+20 à 26 cts./litre) ou l’huile de chauffage (+67 cts.) comme le propose le Conseil fédéral ou d’une hausse des impôts taxes et redevances, qu’importe: nous tous, nous payerons ce non-sens complet.

Il faut donc refuser la loi sur l’énergie pour que la Suisse retrouve un approvisionnement énergétique sûr, avantageux et ménageant l’environnement et qu’elle sauvegarde ainsi sa prospérité.


Christoph Blocher, ancien conseiller fédéral, ancien conseiller national, responsable de la stratégie de l’UDC suisse.

Publicité