Tout lecteur soucieux de son édification personnelle devrait aller faire un tour sur le site www.evian-g8.org. Il y trouvera moult informations de première main et autant de sujets de réflexion. Puis-je lui offrir quelques pistes?

Sous le titre «Contre le G8 nous mettrons le feu au lac» nous est décrite une action des plus pacifiques, convenez-en («Il s'agit d'encercler Evian et le G8 par des feux de résistance et d'espoir contre l'ordre du monde incarné par le G8»), mais qui ne manquera pas de susciter quelques vocations de pyromane. Les organisateurs n'y ont bien sûr pas pensé, qu'allez-vous imaginer là?

Parmi les signataires de cet Appel, entourés des inévitables artistes, députés ou syndicalistes d'extrême gauche, se trouvent deux professeurs de l'Université de Lausanne (MM. Claude Calame et Eric Hicks, pour vos envois de compliments). Après le licenciement de Hani Ramadan par le Département de l'instruction publique de Genève, qu'attend le canton de Vaud pour réagir?

Bien sûr, j'en ai déjà les oreilles qui sifflent de discours ronflants sur la liberté académique et la liberté d'opinion. Pourtant, un autre texte du même site nous informe clairement sur la lutte qui est ouverte contre «le capitalisme, ainsi que l'étatisme et le parlementarisme qui enferment les populations sous une tutelle les empêchant de disposer d'elles-mêmes, les asservissant à travers le salariat, la police et la magistrature, mais aussi favorisant toutes les formes d'aliénations…». Ce morceau de bravoure s'achève par une invite à soutenir l'initiative «Feu au lac».

Nos professeurs ne pourront donc pas nier leur participation à une déstabilisation ouverte de l'Etat, cet Etat qui leur verse chaque mois un salaire asservissant dont il serait donc bienvenu de les libérer au plus vite!

Un autre texte émanant du POP & Gauche en mouvement crie «Non à la fermeture de l'autoroute Lausanne-Genève que des milliers de travailleurs sont bien obligés d'emprunter pour gagner leur vie» (plus populiste que ça, tu meurs!) alors que la gauche, avec ses alliés Verts, passe son temps à prôner le train comme seule solution logique à la pollution atmosphérique, à la dictature des pétroliers et à l'invasion de la bagnole. Pourquoi donc s'énervent-ils autant pour deux ou trois jours sans autoroute, eux qui lancent des initiatives pour un à 52 dimanches sans voitures, sinon pour laisser libre accès à Lausanne dont ils veulent faire le centre de leurs manifestations? Décidément, les Vaudois partageront toujours le sort de Berne, ce qui sera hautement symbolique en cette année du Bicentenaire!

Que peuvent donc faire les gens comme moi, large majorité sans doute de la population, qui sont opposés au G8 à Evian et à la mondialisation tant qu'elle détruira plutôt que transcendera notre tissu social et nos valeurs, mais qui refusent aussi cette dictature des casseurs bien pensants qui, sous couvert de lutter contre la globalisation de l'économie, mettent en place la mondialisation de la lutte finale? Se taire plus longtemps, oubliés des élus donc des médias (à moins que ce ne soit l'inverse), en respectant les lois? La colère gronde pourtant, porteuse de guerre civile?

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.