Pour accompagner ces chroniques, nous avons fait appel à la photographe et plasticienne française Natacha Lesueur. Ces visuels n’ont pas été créées en lien avec les textes proposés, mais suscitent le dialogue entre les mots et l’image autour de cette thématique.

Retrouvez les textes au fur et à mesure.

Un soir d’automne au bord de la Méditerranée, un port. La lumière du jour qui décline, les lampadaires qui s’allument en ponctuant la promenade de leur lumière jaune. Un homme regarde une jeune fille, elle a peut-être 13 ans mais en paraît 15. Sous ce regard la jeune fille, qui ressent son corps comme trop grand, trop maigre et qui ne sait pas que faire avec ces jambes, ce bassin et ces boutons qui lui poussent sur la poitrine, entre dans l’espace de la séduction. Cet espace qu’elle va explorer s’ouvre ce soir-là telle une ville immense devant elle. Il y aura dans sa vie des moments de découverte, un jour une place, un autre fois une rue. Alors qu’à d’autres moments de son existence, elle empruntera par habitude et par goût toujours les mêmes rues.