Le référendum contre la «loi Netflix» lancé par les Jeunes PLR suisses (avec les Jeunes UDC et les Jeunes vert'libéraux) devrait, sauf surprise, formellement aboutir. Le peuple va devoir voter. C'est regrettable, mais c'est surtout très inquiétant quant au fond. On assiste en effet à un mouvement dont la «loi Netflix» (en réalité un aménagement de la loi sur le cinéma) n'est pas la seule cible. Ce qui est visé, c'est le pluralisme et l'indépendance, des valeurs suisses auxquelles la droite, pourtant, accorde généralement de l'importance.