Un Clasico sous haute surveillance: dans un contexte politique brûlant, le match de football traditionnellement le plus suivi au monde, la confrontation entre le FC Barcelone et le Real Madrid, ce mercredi soir, va transformer l’enceinte du Camp Nou en véritable forteresse. Des patrouilles, des fouilles poussées, un cordon de sécurité… Toutes les précautions sont prises pour que cette affiche déterminante pour le leadership du championnat espagnol se tienne sans accroc, malgré le lourd contexte politique et populaire.


Pour aller plus loin:


«Barcelona-Real Madrid, impacto global», «un match qui paralyse tout un pays», écrit La Vanguardia, citée par Courrier international. «Dix-sept millions de mentions sur Facebook, Twitter et Instagram, soit le double qu’un match normal du Barça enregistre. Un produit unique, original, sans comparaison et qui atteint tous les coins de la planète à travers une centaine d’opérateurs de télévision, dont 22 en Chine», précise le quotidien barcelonais. «Et l’argent qui va avec», pour une confrontation que 70% des internautes de La Vanguardia voient remportée par le club catalan: