Ce devait être un hommage à «une comédienne aventurière, femme indépendante, citoyenne engagée». Le message est pour le moins brouillé. L’affiche officielle du 70e Festival de Cannes représente la star italienne Claudia Cardinale virevoltant sur un toit de Rome en 1959. Une célèbre photographie dont l’esthétisme ne semble pas avoir convaincu les créateurs de l’affiche. Elle a subi les assauts d’un logiciel. «Le Festival de Cannes a retouché une déesse, l’une des plus belles femmes du monde», s’agace @Aaaahhhxy sur Twitter.

Sur le cliché original, pris lors d’une séance photo, Claudia Cardinale danse, un pan de jupe soulevé par le vent laissant voir ses jambes. Sur l’affiche, l’actrice italienne, alors âgée de 21 ans, garde son grand sourire mais a subi une sévère cure d’amincissement. Sa taille a été affinée, sa poitrine marquée, ses bras sont plus minces et ses deux jambes ont été étirées. Même ses chevilles ont été amincies. Tollé général sur les réseaux sociaux. «Hallucinant les retouches sur les jambes», s’exclame @3615_CH sur Twitter. «De quoi s’étrangler. Le corps des femmes, éternel terrain de lutte…», commente @lkjmondon, une autre utilisatrice du réseau social.

Poupée de plastique

Tout ce qui faisait le naturel, et donc le charme, du cliché a été gommé. «Ils lui ont aussi enlevé une grosse mèche de cheveux, tant qu’ils y étaient. Ridicule ET dangereux», dénonce le magazine féministe Causette sur sa page Facebook. Un gif montre l’ampleur du désastre. L’actrice italienne est devenue une poupée de plastique.

Tandis qu'une journaliste de Slate s’interroge: «Quel besoin de photoshoper une femme pour une affiche de cinéma? Il ne s’agit pas là de nous vendre un yaourt qui facilite le transit ou une crème de nuit amincissante.»

Lire aussi: Barbie prend du bide

Les organisations féministes ont vivement réagi à la polémique. «Cette affiche renvoie les femmes au diktat de la maigreur pour être acceptées. Encore une fois, on est au cœur du problème de l’utilisation de l’image des femmes dans la publicité et le marketing», répond Claire Serre-Combe, porte-parole de l’association Osez le féminisme!, à l’AFP.

Le Festival de Cannes épinglé

Le 7e art est connu pour son utilisation appuyée de la palette graphique. Et ce sont les actrices qui sont le plus souvent rabotées. Quand elles ne perdent pas tout simplement leur tête sur les affiches. Le blog «Headless women of Hollywood» recense ces étonnantes décapitations.

Des internautes rappellent que le Festival de Cannes n’en est pas à son premier faux pas. Les artistes femmes sont en général sous-représentées parmi les réalisateurs sélectionnés en compétition, «mais par contre amincir à mort la magnifique Claudia? Bravo le Festival de Cannes», réagit @nikky_hyde.

«Ce n’est que du cinéma»

L’organisation se serait bien passée de cette mauvaise publicité. C’est Claudia Cardinale qui est venue à sa rescousse. L’Italienne, aujourd’hui âgée de 78 ans, revient sur cette «fausse polémique» dans un communiqué: «Cette image a été retouchée pour accentuer cet effet de légèreté et me transpose dans un personnage rêvé; c’est une sublimation… Le souci de réalisme n’a pas lieu d’être ici et, féministe convaincue, je n’y vois aucune atteinte au corps de la femme. Il y a en ce moment bien des choses plus importantes à discuter dans notre monde. Ce n’est que du cinéma, ne l’oublions pas.»

Une réponse qui reçoit un accueil contrasté sur les réseaux sociaux. «Bravo pour cette superbe réaction. Très belle affiche», se réjouit @patricewsgr sur Twitter. Tandis que @tchenglaurence s’étonne: «Claudia Cardinale est-elle vraiment dupe d’une démarche «artistique», qui n’est qu’un Photoshop marketing ultraminceur du Festival de Cannes?» Thierry Frémaux, le délégué général du festival, a assuré ne pas être «au courant de la polémique», observant simplement que «l’affiche est très bien accueillie». L’agence de création Bronx qui a imaginé l’affiche se mure, elle, dans le silence. A-t-elle honteusement rangé sa palette graphique?

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.