La semaine dernière, nous avons publié une tribune intitulée «Le débat sur le CO2 est clos: réponse à Mme Sandoz» signée par une dizaine de scientifiques suisses. Ces derniers répondaient à deux textes de l’ancienne conseillère nationale Suzette Sandoz, postés sur son blog hébergé sur le site du Temps et qui relayaient les remises en question de certains – y compris des scientifiques – sur le rôle du CO2 dans le réchauffement climatique, et par là même sur ses causes anthropiques. Fallait-il vraiment répondre à Mme Sandoz, alors qu’un très large consensus, depuis des décennies, s’est formé sur cette question, ce dont témoignent notamment les synthèses produites par l’ONU (GIEC) sur la question? N’était-ce pas donner une visibilité inutile à des arguments partagés par une minorité, dont des complotistes notoires?

Lire aussi: «Le Temps» fait son bilan écologique et n’est pas exemplaire