Le «Bouriate de combat». Cette expression circule sur l’internet russophone depuis plusieurs années pour désigner, entre admiration et dénigrement, les soldats appartenant à la minorité ethnique bouriate, apparentée aux Mongols, originaire de la région éponyme de la Fédération de Russie, la Bouriatie, au bord du lac Baïkal. Ce sont les médias ukrainiens et étrangers qui ont relevé en premier la présence de ces soldats russes au physique de type asiatique sur le front du Donbass en 2015, lorsque l’armée russe combattait déjà, sans l’avouer officiellement, les forces ukrainiennes, aux côtés des mouvements séparatistes opposés à Kiev. Si les Ukrainiens avaient particulièrement remarqué ces soldats, c’est parce que leur présence corroborait l’idée de l’intervention de l’armée russe dans le Donbass, car dans la population locale, on ne trouvait pas de groupes d’origine asiatique. «Oui, nous sommes les Bouriates de combat de Poutine», répond alors un groupe de jeunes Bouriates pro-Kremlin dans une vidéo de 2015 qui a fait le tour d’internet. Tout en niant la présence de leurs compatriotes dans le Donbass, ils endossent l’image d’une ethnie combattante en proclamant: «Si nous intervenions véritablement en Ukraine, ce serait la fin de votre junte oligarchique.» Le mème «Bouriate de combat» était né.