Aussi pataude qu’elle puisse parfois l’être, l’UE n’est que rarement dupe. Elle sait que les ternes penseurs eurosceptiques ont tout fait pour effacer de la place publique un projet d’accord institutionnel intelligemment négocié. Et ils ont réussi. Mais ne voilà-t-il pas que la décriée Commission Juncker est remplacée par un collège de commissaires, la plupart nouveaux. Et alors? Croire que les intérêts de la Suisse seront mieux servis est une approximation.