Opinion

La communication de la Confédération sous la loupe

OPINION. La Commission de gestion du Conseil national a récemment fait évaluer la manière dont l’administration fédérale gérait sa communication. L’évaluateur, Raoul Kaenzig, revient sur ses principaux enseignements

Les relations publiques de l’Etat n’ont pas été épargnées par les critiques au cours de ces dernières années: des politiques s’offusquent de leurs coûts, des citoyens dénoncent les montagnes de papier générées par l’impression de magazines et de volumineux rapports et les journalistes se plaignent des difficultés à obtenir les informations dont ils ont besoin. Les résultats d’une récente évaluation permettent d’en tirer le bilan.

Stabilité des dépenses

La hauteur des coûts de la communication de l’Etat fait l’objet de nombreuses interventions parlementaires qui s’inquiètent de son augmentation. Les dépenses dont il est question concernent l’ensemble des charges de personnel et de biens et services qui ont trait à l’information des médias et des citoyens. L’analyse des coûts montre que la facture de la communication de la Confédération représente 0,13% de son budget total, soit un peu plus de 80 millions de francs par année. Hormis une légère augmentation pour l’exercice 2018 (84,3 millions), ce montant est resté inchangé depuis 2010. La communication a donc bel et bien un prix, mais celui-ci est, pour l’heure, resté stable.