Qu’est-ce qu’on fait ce soir, chérie? Pulp Fiction? Rocky? Star Wars? Scarface? Ou alors Shining? Dans leur appartement en Hongrie, Fanni Kovacs et son compagnon, Norbert Hosszu, dit Norbi, ont trouvé la parade pour contourner l’ennui dans le confinement: ils «divertissent la Toile en revisitant des classiques du cinéma avec les moyens du bord», explique Courrier international. Le tout est publié sur Facebook, et il faut bien reconnaître que c’est assez drôle:

Mais quand on dit «moyens du bord», on le dit vraiment. Fanni et Norbi, ces «deux comédiens membres d’une troupe de Pecs, dans le sud de la Hongrie», rejouent «des incontournables du septième art avec ce qui leur tombe sous la main»: ce peut être «un gant de cuisine [qui] se substitue au gant de boxe de Rocky Balboa, un mixeur [qui] remplace le sabre laser de Luke Skywalker» ou une plaque de beurre qui «représente l’idole en or massif des Aventuriers de l’Arche perdue. Et il faut vraiment regarder tous les détails qui font le sel de cette entreprise, comme la plante verte qui figure l’arbre dans la scène originale ou les maquillages à l’identique:

A vrai dire, leur imagination n’a pas de limites, et leur humour confine au genre pince-sans-rire, surtout quand Madame joue des rôles masculins, voire extraterrestres. Un peu de farine peut facilement passer pour de la cocaïne, une saucisse «pour la hache de Jack Nicholson dans Shining» et des rouleaux de papier hygiénique pour le lance-roquettes d’Arnold Schwarzenegger dans Commando. Bref, «ils ne sont pas encore devenus complètement dingues, mais presque. Difficile de faire plus fou pour affronter» les exigences du Covid-19, plaisante le tabloïd Blikk. Qui les imagine avoir aussi de sérieux fous rires quand ils se mettent ainsi en scène.

Le site Demotivateur.fr est d’ailleurs emballé! Car «les journées peuvent en effet sembler interminables en cette période particulière, et tous les moyens sont bons pour essayer de chasser l’ennui». Fanni et Norbi ont trouvé là «le meilleur remède» pour égayer leur temps libre, et celui des autres avec. «On est loin du faste d’Hollywood, mais c’est quand même très réussi et, avouons-le, franchement hilarant!»

«Couronnées de succès […], poursuit Courrier int', ces parodies, imaginées depuis un appartement de la cinquième ville de Hongrie, ont valu à leurs interprètes une interview» à la radio la plus écoutée de Hongrie, Balazsek, «qui réunit chaque jour un million d’auditeurs», soit plus d’un citoyen sur dix. Positiv.fr constate encore qu’«ils sont tous là, les héros de nos films préférés», et «recréées avec […] beaucoup d’inventivité», ces scènes cultes «prennent une nouvelle dimension», parfois grâce à une expressivité qui touche au génie et à des produits quasi introuvables aujourd’hui en Hongrie:

Farine, œufs et papier-toilette

En jouant, ces deux-là «restent sains d’esprit», commente le New York Post. «Je suis une grande cinéphile, et Norbi aime les films des années 70 et 80», déclare Fanni. Comédiens et improvisateurs, ils disent avoir «beaucoup de temps pour faire des choses» qu’ils ne pouvaient «pas faire auparavant», alors ils ont «essayé de tirer le meilleur parti de cette situation», jusqu’à parodier aussi des personnages d’animation:


Retrouvez toutes nos revues de presse.