A peine un jour ne passe sans entendre le mot «Alzheimer» à la télévision, la radio, dans les journaux, au sein de la famille ou des amis. Cela donne des frissons. Perdrons-nous toutes ces précieuses mémoires d’une vie? Serons-nous totalement impuissants et allons-nous avoir besoin d’assistance pour chaque geste quotidien?

La cible principale de la maladie d’Alzheimer est le cerveau. Il est de loin l’organe le plus sophistiqué dans notre corps et probablement la structure la plus compliquée et spécialisée dans l’univers. Il est composé de 100 millions de cellules, produit un trillion de connexions avec les autres cellules nerveuses et pèse seulement 1,5 kg. Une maladie comme Alzheimer attaque ces cellules nerveuses, bloque leur capacité d’émettre des signaux et cause des ravages à nos mémoires. Des chercheurs ont essayé depuis des décennies de comprendre la cause de cette maladie épouvantable.

Pour l’heure, il n’y a pas de traitement disponible. Toutefois, certaines techniques simples et scientifiquement prouvées permettent de ralentir le déclin. Elles relèvent du domaine de la «prévention» plutôt que du «traitement». Petit rappel: ce qui est bon pour le cœur est aussi bon pour le cerveau! Quelques exercices mentaux et physiques, ainsi qu’un un régime bien équilibré peuvent faire toute la différence.

A tout âge, l’exercice physique contribue à la santé générale du cerveau. L’effort produit de nouveaux neurones et empêche l’atrophie du cerveau associée avec l’âge. Des expériences conduites pendant plusieurs mois sur des hommes et des femmes de 60 à 75 ans ont montré que la marche, 30 à 45 minutes, cinq jours par semaine, produit une nette amélioration de leur mémoire par rapport à d’autres individus n’ayant pas fait le même exercice. De plus, l’exercice physique diminue de 50% le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Les scientifiques pensent que le cerveau est un organe «à utiliser ou à perdre». Il faut le stimuler pour conserver sa vigueur et retarder l’apparition de maladies cérébrales. Le sport mental, jeux, devinettes, lecture et apprentissage d’une langue, d’un instrument de musique, etc., contribuent à cette stimulation. Tous ces exercices augmentent et maintiennent la «plasticité» du cerveau, c’est-à-dire son adaptation biologique aux situations nouvelles.

Un exemple célèbre concerne les chauffeurs de taxi à Londres, qui ont besoin de deux ans de pratique pour apprendre les rues de leur ville. Les chercheurs ont découvert qu’une région particulière du cerveau, l’hippocampe, impliqué dans la mémoire et les compétences de navigation, a été agrandie en comparaison des gens qui n’ont pas subi cet exercice mental.

Peut-on diminuer les effets du vieillissement du cerveau avec des suppléments nutritifs? Il s’agit de modifier notre régime alimentaire et par conséquent, d’améliorer l’environnement dans lequel les neurones se trouvent. On sait bien qu’un régime riche en fruits et légumes, et faible en graisses saturées, est associé à la bonne santé. Ce régime diminue les risques de diabète et de maladie cardiovasculaire.

Prenez les myrtilles, par exemple. Savez-vous que les myrtilles bleues, douces et juteuses, peuvent améliorer la mémoire, l’apprentissage et la capacité cognitive générale? En plus, elles pourraient ralentir le déclin des fonctions mentales liées à l’âge. Les composants qui provoquent ces bienfaits sont appelés polyphénols; les chercheurs en ont identifié plus de 6000 différents. Ces produits chimiques sont largement présents dans les fruits et légumes. Mais comment choisir? Laissez la couleur vous guider. En général, plus il y a de couleur, plus l’activité protectrice est importante.

Pendant des années, nous avons entendu parler des effets positifs sur le bien-être du vin rouge. Des chercheurs ont découvert que la substance active est une molécule qui s’appelle résveratrol. Des entreprises de biotechnologie ont été fondées sur cette découverte, avec pour objectif de produire des molécules ayant le même effet. Toutefois, pour produire une action protectrice, un ou deux verres de vin rouge ne sont pas suffisants, mais plutôt plusieurs centaines de bouteilles par jour! Une solution plus sûre consiste à acheter des suppléments de résveratrol pur, bientôt disponible en pharmacie.

De fait, en attendant le jour où la recherche trouvera des traitements pour les maladies du vieillissement et d’Alzheimer, mieux vaut user d’une stratégie de prévention. Faites de l’exercice, mangez des myrtilles et maintenez votre cerveau jeune!

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.