Six ans après l’Accord de Paris de 2015, la grande majorité des pays, y compris la Suisse, ne respectent pas leurs engagements de réduction effective des émissions de CO2. Pire encore, comme le démontre le rapport du GIEC de cet été ainsi que le «Emissions Gap Report» des Nations unies publié cette semaine, nous sommes très loin de l’objectif 1,5°C. Selon ce dernier, la Suisse fait même partie des pays comme le Brésil ou l’Australie pour lesquels une stagnation, voire une augmentation, des émissions est prévue pour 2030. Cette COP26 est d’autant plus importante: des objectifs quantifiés et concrets doivent être pris de toute urgence. Réunir la communauté internationale autour de cet enjeu est essentiel pour mener à bien la lutte contre la crise climatique au niveau global. La société civile doit y contribuer et devrait être acceptée à la table des négociations au même titre qu’un Etat.