S’en sort-on mieux face au coronavirus SARS-CoV-2 sans l’OMS? L’expérience de Taïwan dans sa lutte contre le Covid-19 pourrait le suggérer. L’île avec laquelle l’organisation internationale a coupé presque tout contact depuis 2016 sous la pression de Pékin est l’un des territoires les moins frappés par la pandémie, avec une centaine de cas confirmés et un mort. L’économie taïwanaise est pourtant imbriquée avec celle de la Chine et des centaines de milliers de Taïwanais travaillent sur le continent. Alors comment ont-ils évité le pire?

Dès le 31 décembre, soit trois semaines avant que les autorités chinoises et celles de l’OMS à leur suite ne donnent l’alerte d’une transmission humaine d’un nouveau coronavirus, Taïwan est le premier Etat à passer à l’action. Pourquoi? Parce qu’à Taipei, contrairement à Pékin, on écoute les médecins lanceurs d’alerte de Wuhan. Aussitôt, des contrôles de santé sont effectués sur les passagers en provenance de cette ville. Il faut dire que l’île de 23 millions d’habitants a appris à se méfier. En 2003, elle fut l’une des principales victimes du SRAS hors de Chine, avec 37 morts. Un traumatisme qui avait amené les autorités à réorganiser leur système d’alerte sanitaire.