Comment lutter contre la canicule qui fait vivre la Suisse au ralenti depuis plusieurs jours ? Le Matin Dimanche s’intéresse aux moyens déployés dans le monde pour permettre aux villes de « retrouver la fraîcheur ». Il fait état d’expériences menées au Japon – une ville sous-marine -, au Zimbabwe – la technique de construction des termitières -, en France et en Allemagne – des micro-algues autour des immeubles -, ou encore à Sion, où les places de parc d’antan sont remplacées par des pergoles végétalisées.

La NZZ am Sonntag mentionne un rapport qui a été déposé en juin par l’Organe consultatif sur les changements climatiques (OcCC) du Conseil fédéral. Sans lien avec les températures actuelles, ce rapport esquisse quelques recommandations pour contrer les effets du réchauffement climatique. Campagnes d’information, « décarbonisation » (abandon de l’utilisation du pétrole, du charbon et du gaz), ralentissement dans la construction de nouvelles infrastructures routières sont quelques-unes de ces recommandations. Ces mesures entraînent cependant des coûts plus élevés pour l’économie, qui souffre déjà de la force du franc, relève cependant l’hebdomadaire zurichois. De son côté, le SonntagsBlick recense 36 faits statistiques, soit un par degré de chaleur enregistré samedi, ayant trait à la canicule.

Sur le plan politique, l’été s’annonce également très chaud, et l’automne électoral tout autant. Samedi, à Kerns (OW), l’UDC a lancé une offensive sans précédent contre la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga est la politique d’asile et d’immigration du Conseil fédéral. L’opération est jumelée avec la campagne lancée contre la présidente de la Confédération par la Weltwoche, dont le patron Roger Köppel, était l’orateur invité de l’assemblée de samedi. Il est désormais en campagne et s’appuie pour cela sur la société de communication montée par Esther Friedli, la compagne du président de l’UDC Toni Brunner, relèvent le SonntagsBlick et la NZZ am Sonntag. Le Matin Dimanche relève que « Roger Köppel incarne la star de la guerre que l’UDC déclare à Simonetta Sommaruga. »

Argent grec non déclaré

De la chaleur, il en vient aussi de Grèce. Tous les journaux dominicaux se penchent sur les deux scénarios qui prévalent à propos du référendum organisé par le premier ministre Alexis Tsipras. L’affaire n’est pas sans lien avec la Suisse, car on suppose qu’un certain nombre de richissimes Grecs ont de l’argent déposé dans les banques suisses. Le SonntagsBlick a d’ailleurs retrouvé une femme qui se trouve dans cette situation. Quant à la NZZ am Sonntag, elle relève que le gouvernement grec aurait proposé une amnistie fiscale sur les avoirs non déclarés. Le taux d’imposition proposé serait de 21%. Combien y a-t-il d’argent grec non déclaré en Suisse ? Entre 2 et 200 milliards d’euros, se hasarde l’hebdomadaire zurichois.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.