jerusalem

Les coups de marteau de Donald Trump

En reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël, le président américain démolit, surtout, le rôle des Etats-Unis dans la région

Donald Trump est enfin entré de plain-pied dans l’histoire. Le président milliardaire s’est saisi d’un gros marteau doré, puis il s’est engouffré dans l’installation nucléaire la plus complexe et la plus dangereuse du monde. Peu importe l’avis des physiciens, des ingénieurs ou de la population des environs. Il avait promis de réparer ce sacré machin. Il a empoigné des deux mains son marteau, et il s’est mis à taper.

Troisième Intifada?

La mort du «processus de paix » israélo-palestinien? A la vérité, voilà bien longtemps qu’un tel «processus» – qui chercherait à établir une paix juste et durable – était mort et enterré, à supposer qu’il ait véritablement commencé un jour. Le déclenchement imminent de la troisième Intifada?

En réalité, les insurrections palestiniennes n’éclatent pas sur commande, pas plus que les autres. Elles sont d’ordinaire une réaction aux conditions de vie produites par les politiques et les déclarations, plutôt qu’à ces déclarations elles-mêmes.

Imbroglio de tensions

Si la question du statut de Jérusalem a toujours été si délicate et si dangereuse, c’est précisément parce qu’ici, n’en déplaise à l’homme au marteau, se mêlent tant d’intérêts contraires, tant de tensions, d’injustices et de ferveurs, que la résultante finale est toujours impossible à prévoir.

Le «processus de paix» n’a jamais servi à rien aux Palestiniens, ou si peu. Mais pour les Américains, il avait le rôle d’une soupape irremplaçable pour faire baisser la pression générale. La solution restait toujours aussi loin à l’horizon. Mais au moins les Etats-Unis gardaient-ils les commandes, en espérant, parfois, limiter la casse.

C’est cette salle des commandes que Donald Trump a d’abord démolie bruyamment mercredi. L’Autorité palestinienne – le produit du «processus d’Oslo» – a fini de perdre toute pertinence, comme l’étiquette d’«honnête courtier» à laquelle prétendaient les Etats-Unis.

Et si la machine s'emballe?

Le président américain a raison: en reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël, et en évitant d’évoquer ne serait-ce que des miettes laissées aux Palestiniens, il a clarifié la situation. Mais il ne donne pas le beau rôle à son pays et, surtout, il risque d’emballer la machine.

Dans le sauve-qui-peut qu’est devenu aujourd’hui le monde arabe, dans le climat de tension généré par la rivalité entre l’Iran et l’Arabie saoudite, ces coups de marteau ressemblent fort au préambule à d’autres saccages à venir, plus graves encore. Comme si le cœur du réacteur nucléaire continuait de narguer l’homme au marteau.

Lire aussi: «La région est un brasier et Donald Trump lui tend une boîte d’allumettes» 

Publicité