Ce mercredi, le Conseil fédéral, uni en bloc derrière son ministre de la Santé, a maintenu la pression sur le pays pour juguler une pandémie qui semble pourtant s’éteindre d’elle-même. La consultation des cantons, dont la majorité souhaitait quelques allégements raisonnables pour la culture et la restauration, n’a pas infléchi l’état d’esprit hyper-sécuritaire de nos sept sages. Leur attitude est d’autant plus incompréhensible que les indicateurs qui avaient jusqu’ici servi à justifier les mesures sont désormais au beau fixe, ce qui explique l’exaspération des milieux professionnellement les plus touchés et de nombreux citoyens privés d’une vie normale.