Nous sommes loin de connaître tous les ressorts de cette pandémie et encore plus loin de savoir quelle est la bonne approche pour y faire face. Toute mesure a des avantages et des inconvénients. Quoi que fasse un gouvernement, il est facile de le critiquer, ce dont ne se privent pas ses opposants politiques dans la plupart des pays.

On a bien compris les termes du débat. Le confinement consiste à réduire la mobilité du virus et donc à le priver de nouvelles victimes tout en permettant aux hôpitaux de traiter les malades. Du point de vue médical, un très long confinement, jusqu’à l’arrivée d’un traitement ou d’un vaccin, est idéal. Malheureusement, le confinement empêche aussi les vecteurs du virus, vous et moi, de vaquer à nos occupations, que ce soit travailler ou consommer. Le coût économique est abyssal. Il est probable que 2020 sera l’année de la plus profonde récession jamais observée, avec son cortège de chômage, d’appauvrissement et d’inégalités. Le débat sur le déconfinement reprend les mêmes thèmes. Trop tôt, et le virus reprendra le dessus. Trop tard, et l’effondrement économique sera plus profond. Aucun gouvernement au monde ne peut échapper à ce choix impossible. Heureusement, on commence à mieux comprendre que les choses sont plus subtiles.