Presse

Le crépuscule du «Matin»

La transformation du quotidien orange en «pure player» ne convainc pas les internautes

«La Suisse romande sans les caissettes (et les manchettes!) du Matin, ce ne sera plus jamais pareil! C’est un morceau de culture populaire qui disparaît», regrette une internaute. «Dommage, j’aimais bien me poser dans un café et lire Le Matin», écrit un de ses habitués. «Je le lis pas, mais ça fait toujours quelque chose», voit-on aussi sur Twitter. La mort annoncée d’un journal n’est jamais anodine, pour ses lecteurs comme pour ses non-lecteurs.

Le quotidien orange héritier de La Tribune de Lausanne et créé il y a trente-quatre ans avait ses fidèles, qui se font entendre, alors que son propriétaire, Tamedia, a annoncé la disparition de sa version imprimée pour la fin de juillet. «Voilà un problème de réglé pour savoir qui va lire Le Matin en salle de pause! Tous sur nos portables, à mort la communication… Une bien triste nouvelle», se plaint un lecteur sur la page Facebook du média.

Rôle des quotidiens gratuits

Beaucoup de commentaires concernent le modèle économique du journal. «C’est le N° 1 des quotidiens payants en Suisse romande, d’après Tamedia – et ils le font disparaître. Je ne comprends pas…» se demande une internaute sur Twitter. «Est-ce qu’il y a des grèves de prévues? Ou allez-vous laisser Tamedia détruire un journal, licencier des journalistes alors que le groupe a fait 120 millions de bénéfices NETS?» enchaîne un autre.

Lire également: Unternehmenskommunikation mon amour

Selon le communiqué de l’éditeur, Le Matin a perdu 6,3 millions de francs en 2017 et près de 34 millions ces dix dernières années. «L’arrivée du quotidien gratuit 20 minutes a signifié sa mort. Les pendulaires achetaient tous les jours Le Matin, maintenant ils se servent dans les caissettes gratuites de 20 minutes», commente un lecteur du site du quotidien orange. Et cette autre remarque: «Une entreprise n’est pas un service public et n’a donc pas à perdre de l’argent pour en satisfaire quelques-uns.»

Débat sur la ligne rédactionnelle

Peu d’internautes semblent faire la différence entre la fin du journal imprimé et la mort du titre. «Le Matin, premier journal romand 100% numérique? Plus tard on accrochera cette phrase au musée du déclin des éditeurs», ironise un Alémanique. «Ils resteront quinze? Suffisant pour faire de la traduction de l’allemand», plaisante un autre. Et le compte anonyme Inside SDA, qui raconte les dessous de l’Agence télégraphique suisse, toujours en crise, de soupirer: «Encore un client de moins.»

Nombre de commentateurs prennent simplement acte, sans émotion particulière. «Ben alors… de quel édito/manchette de beauf on va se moquer maintenant?» plaisante Cowboy Kate sur Twitter. «J’ai regretté La Suisse et le Journal de Genève, mais franchement, Le Matin, je ne m’apercevrai même pas de sa disparition!» constate un lecteur du Temps. «On ne débat pas du goût des capsules quand #nespresso ferme. On ne discute pas de ligne rédactionnelle quand des dizaines de collaborateurs #LeMatin risquent de perdre leur emploi. Un peu de décence», proteste Raphaël Pomey sur Twitter. Ce que conteste @TheNorz: «Pas d’accord. Quand la ligne rédactionnelle consiste (avant le sport et les people) à énerver tout le monde, à nourrir les extrêmes et à nuire à l’équilibre de la société, c’est un enjeu qui va au-delà des emplois, même si ce dernier point ne laisse forcément pas insensible.»

Diversité en danger

«Vous adoriez le détester tout en le lisant? La disparition du Matin, c’est la (mise à) mort de la presse à petit feu, encore et toujours, et des journalistes qui disparaissent», constate aussi sur Twitter tristement le journaliste de la RTS Frédéric Mamaïs. «Quelle honte. Des groupes alémaniques dépècent la diversité de notre presse francophone en Suisse, au nom de calculs économiques à court terme, loin du terrain, loin des préoccupations de ces régions dont ils ignorent tout. Courage aux employés», se désole le blogueur-journaliste Grégoire Barbey.

«Un nouvel affaiblissement de la diversité de la presse en Suisse romande – regrettable et dangereux à bien des égards! A croire que le «grand public» ne mérite que la presse gratuite. Un débat politique est urgent!» selon Raphaël Bez, du Nouveau mouvement européen. «La diversité des #médias est en jeu. Les pouvoirs publics doivent soutenir directement la presse», réclame le Vert lausannois Ilias Panchard. La fin du Matin, le nouveau début d’un débat politique déjà entamé après la fermeture de L’Hebdo et les licenciements à l’ATS.

Publicité