L'intérêt de Carla Del Ponte pour le poste de procureur au Tribunal pénal international de La Haye et le désaveu qu'elle vient de subir devant les juges fédéraux, comme procureure générale de la Confédération, n'ont en commun que de survenir en même temps. Ils appellent néanmoins une même réflexion: quelle justice voulons-nous contre le crime organisé, qui souhaitons-nous, avec quelle carrure et quels moyens, pour le poursuivre?

La décision du Tribunal fédéral fait apparaître, bien davantage qu'une erreur de procédure de Carla Del Ponte, les lacunes criantes de nos lois. Dans sa courageuse enquête contre Raul Salinas, la procureure de la Confédération a dû s'appuyer sur des dispositions parfois très anciennes, dont l'une au moins date des années vingt. Ce cadre légal n'est évidemment plus adapté. Le constat ne date pas d'hier. Cela fait bientôt dix ans que, dans son rapport du 22 novembre 1989, la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Kopp exigeait une réforme du Ministère public fédéral et une réorientation de la politique criminelle du parquet vers le combat contre la grande criminalité économique. A ce jour, cette réforme est en bonne voie, mais ne s'est toujours pas traduite dans les faits. Ce retard est déplorable. Il est dû à la fois aux hésitations proverbiales de l'ancien chef du Département fédéral de justice et police, Arnold Koller, et au manque de motivation du Parlement, saisi de ces propositions depuis plusieurs années.

On ne peut évoquer «l'intérêt» de Carla Del Ponte pour La Haye sans poser la question de sa succession pour le cas où elle serait nommée à ce poste prestigieux. Il est probable – et certains, dans les milieux bancaires, ne semblent même pas s'en cacher –, que des démarches seront entreprises afin que le nouvel occupant des locaux de la Taubenstrasse, à Berne, ait un profil moins acéré et, par la même occasion, peut-être plus sensible aux intérêts de la place financière suisse. C'est dire qu'il n'est pas encore acquis à ce stade que la Suisse tire un jour toutes les leçons de l'affaire Kopp.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.