A force de recruter de nouveaux électeurs et de nouveaux membres en brandissant des slogans simplistes, l'UDC s'est de plus en plus positionnée sur l'échiquier politique national comme un parti d'opposition. Le programme électoral dont elle débattra ce samedi consacre cette stratégie, dont le but consiste à progresser encore aux élections fédérales d'octobre. Le ton de ce document se veut résolument combatif et polémique, ce qui dérange logiquement les sections qui, par leur longue tradition historique, assument des responsabilités dans le gouvernement de leur canton.

Les tiraillements qui opposent aujourd'hui les sections bernoise, grisonne, vaudoise ainsi que quelques autres au parti suisse sont le reflet de la crise de croissance que traverse l'UDC aujourd'hui. Ces tiraillements portent moins sur le contenu du programme que sur le style politique. Bâtie sur de solides fondements agrariens éparpillés dans quelques cantons, l'UDC n'est parvenue à se renforcer qu'en menant une politique conservatrice très agressive. De cette manière, elle a réussi à s'implanter dans tous les cantons dont elle était absente. Et elle s'est attiré la sympathie d'électeurs désabusés qui croient, à tort, que les recettes chocs qu'elle propose peuvent s'appliquer à la gestion du pays. Au besoin, et c'est ce qui est nouveau, elle se dit prête à les imposer sans l'appui des autres formations gouvernementales.

Ce pas supplémentaire en direction de l'opposition ne peut que déranger les représentants de la tradition historique de l'UDC de même que ses partenaires politiques potentiels, principalement les radicaux. Si cette ligne est confirmée ce samedi, rien ne sera plus comme avant. Il est vrai que le régime de concordance doit permettre à chaque formation politique qui le compose de s'en distancier de temps à autre. Dans le cas de l'UDC, la possible systématisation de cette pratique forcera à faire des choix. Il paraît a priori peu probable que les sections historiques sortent gagnantes de la crise de croissance que traverse le parti national. Que décideront-elles? Se fondront-elles dans le moule du succès facile? Oseront-elles conserver leur credo gouvernemental? Le choix sera difficile.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.