chronique

Crise morale dans la Silicon Valley 

Les scandales se succèdent au cœur du modèle de l'innovation. Les GAFA séduisent encore les consommateurs, mais pour combien de temps?

La Silicon Valley traverse une crise morale sans précédent alors que ses résultats économiques n'ont jamais été aussi bons. Ce moment particulier, que l'on espère d'intense remise en question, s'explique par différents scandales alors que, d'un point de vue économique, les sociétés stars de la technologie atteignent leur zénith en terme d'efficacité et de rendement sur le capital. Ces affaires révèlent surtout l'incapacité de l'économie du XXième siècle de dépasser des fonctionnements qui relèvent davantage des entreprises du XIXème siècle.

Les campagnes de manipulation

Les scandales sexuels, la discrimination vis-à-vis des femmes, la catégorisation des populations en fonction d'algorithme font tâche dans un monde qui se veut toujours plus inclusif. Les révélations au sujet des dernières élections présidentielles américaines n'en finissent pas de révéler le rôle désastreux des médias sociaux, notamment manipulés par des campagnes de publicité menées depuis la Russie qui ont permis d'exposer les membres de Facebook à de la propagande stigmatisant la candidate démocrate.

La toute puissance financière des acteurs de la technologie les rendent par ailleurs capable d'acheter n'importe quel concurrent dès que ce dernier devient une menace potentielle. La question de la position dominante ne se pose pas seulement en Europe où l'Union a régulièrement bataillé contre Microsoft ou Google. Des voix aux Etats-Unis s'inquiètent aussi de la manière qu'ont les nouveaux rois de l'économie de vassaliser des secteurs entiers pour mieux bloquer le cours de l'innovation et ainsi conserver des parts de marché. La création de valeur tourne à plein mais les coûts pour la société s'avèrent désastreux.

Un soutien mis à l'épreuve

Pour l'instant, les Google, Apple, Facebook et Amazon – pour ne prendre que ceux-là – ont le soutien des consommateurs à qui ils apportent (au choix) de la gratuité ou des prix bas, des opportunités de contact et une qualité de service jamais atteinte. Mais la lune de miel pourrait ne pas durer. Ceux qui achètent pas cher en ligne vont peut-être bientôt se rendre compte qu'ils ont perdu leur job à cause des GAFA (cela concerne aussi bien les journalistes que les vendeurs dans les magasins et les banquiers, autant dire beaucoup de monde). Les citoyens pourraient avoir l'impression que les mêmes lui ont volé le résultat des dernières élections. Quant aux minorités, elles peuvent se sentir plus stigmatisées à cause des mêmes entreprises. Silicon Valley, c'est l'heure de te réveiller.  

Publicité